VISITE-TERRAIN À BIENCOURT

spfbslNon classé

Le samedi 20 septembre dernier, une cinquantaine de personnes ont participé à une visite-terrain dans la municipalité de Biencourt, sur la propriété de Monsieur Michael Talbot, lauréat du Prix Jean-Guy-Gagnon dans la catégorie «Propriété de moins de 80 hectares» lors du Mérite forestier du Bas-Saint-Laurent 2014.

Les participants ont marché le lot pour constater tous les travaux d’aménagement effectués au cours des dernières années. La visite de l’érablière a été particulièrement appréciée. Monsieur Talbot est l’un des rares acériculteurs au Bas-Saint-Laurent a épandre de la chaux dans son érablière. Le traitement a été effectué à la suite d’une analyse de sol. Dès l’année suivante, le rendement a augmenté de manière importante. Autre répercussion, les feuilles des érables à sucre sont plus grandes et d’un vert beaucoup plus intense.

ALLOCUTIONS

Lors d’un repas servi à la salle municipale de Biencourt, la présidente de l’Agence régionale de mise en valeur des forêts privées du Bas-Saint-Laurent, Madame Arlette Lauzier, a rappelé l’importance du concours du Mérite forestier. Selon elle, il s’agit à la fois d’un outil pour renseigner la population sur le travail effectué dans les forêts privées du Bas-Saint-Laurent en plus d’une belle façon de récompenser des producteurs pour leurs bonnes pratiques en foresterie. L’un des administrateurs du Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent, Valentin Deslauriers, a pour sa part souligné que Michael Talbot, bien qu’il n’ait que 31 ans, applique des techniques de pointe dans ses boisés et possède déjà une vaste expertise. 

ATELIER

Le directeur général de l’Agence régionale de mise en valeur des forêts privées, Marc-André Lechasseur, s’adresse aux participants. Photo: Richard Saindon

En après-midi, les participants ont assisté à une conférence donnée par le directeur général de l’Agence régionale de mise en valeur des forêts privées du Bas-Saint-Laurent, Monsieur Marc-André Lechasseur, portant sur les possibilités de récolte de bois dans la région, dans le contexte de l’épidémie appréhendée de tordeuse de bourgeons de l’épinette. Il a notamment souligné que les travaux d’aménagement effectués depuis 30 ans, les nouvelles techniques favorisant la régénération naturelle plutôt que les plantations à grande échelle et la campagne d’arrosages à l’aide d’un insecticide biologique, rendent les forêts un peu moins vulnérables aux ravages de l’insecte.  

Partager cet article