USINES DE GRANULES: LE POINT

spfbslNon classé

La Compagnie Canadienne de Biopellets qui pilote le dossier d’implantation de deux usines de granules de bois au Bas-Saint-Laurent, et dont le Syndicat des producteurs forestiers est un partenaire, fait une mise à jour de l’avancement des projets. Voici le texte intégral du communiqué.


Projet d’implantation d’usines de granules de bois au Bas-Saint-Laurent; mise au point.

La Compagnie Canadienne de Biopellets, promoteur d’un projet d’envergure visant à implanter dans la région du Bas-Saint-Laurent au Québec, deux usines de production de granules de bois destinés à l’exportation en Europe, tient à rectifier immédiatement une série d’informations erronées qui ont circulé dernièrement dans certains médias régionaux et qui ne sont pas issues du promoteur.

– Le promoteur n’a, jusqu’à présent, jamais confirmé le moment de l’annonce du choix quant au lieu envisagé pour la mise en place de la première unité de production de granules de bois. Manifestement une confusion est intervenue dans l’annonce de la probable visite du promoteur à la deuxième semaine de septembre, qui dans les faits, est reportée à la mi-octobre.

– Le promoteur confirmera en temps opportun ses intentions concernant les deux possibles implantations, bien que le choix des sites ne soit pas à ce jour arrêté. Les études relatives à la faisabilité du projet sont toujours en cours et sur le point d’être complétées. 

– Les implantations potentielles sont assurément envisagées dans la région du Bas-Saint-Laurent. Il est toutefois évident qu’une des deux installations pourrait collaborer avec la région voisine de la Gaspésie en termes d’approvisionnement. Seules les municipalités suivantes ont été considérées aux études actuelles: Causapscal, Lac-au-Saumon, Matane et Saint-Jean-de-Dieu et ce, en raison de l’offre potentielle d’un ensemble de conditions optimales favorables reliées entre autres aux approvisionnements forestiers et à la desserte, à distance adéquate, par un port de mer en eau profonde accessible à l’année.

– Le promoteur, dans le cadre de ce projet, n’entend pas s’arrêter à la production de granules de bois. Dans un délai qu’il souhaite le plus court possible, il entend hausser la qualité de sa production grâce à une technologie optimale, afin de tendre vers un type de combustible plus concentré, plus efficace et plus compétitif.

– Il apparaît que le port de Cacouna pourrait être tout à fait compétitif pour le marché à l’export.

– Les investissements nécessaires sont évalués pour l’instant à environ 55 millions de dollars par site de production pour une création d’environ 50 emplois directs et 150 indirects.

– Le Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent compte parmi les partenaires financiers de premier plan à la réalisation des études préalables nécessaires. La Société d’investissement et de développement forestier inc. (SIDFOR) prendra le relais quant à l’implication financière au projet des producteurs forestiers régionaux.

Une conférence de presse visant à présenter l’état d’avancement du projet sera bientôt annoncée par le promoteur. Elle devrait se tenir à Rimouski dans le cours du mois d’octobre.

Nous sollicitons la collaboration des médias à ne diffuser que l’information confirmée qui émane directement du promoteur.

Jean-Paul Vieslet

Secrétaire général

Compagnie Canadienne de Biopellets

Partager cet article