UNE RÉPONSE DE QUÉBEC TOUJOURS ATTENDUE POUR LES BUDGETS D’AMÉNAGEMENT

spfbslNon classé

Les représentants des propriétaires de la forêt privée du Bas-Saint-Laurent exigent une réponse du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs quant à la reconduction du Programme de création d’emplois en forêt.

À l’aube d’une nouvelle saison d’opérations qui débutera bientôt, les propriétaires forestiers, les travailleurs sylvicoles ainsi que les organisations qui les supportent sont toujours dans le néant. Selon le directeur général de la Fédération des organismes de gestion en commun du Bas-Saint-Laurent, Alain Marcoux, la reconduction intégrale du financement du PCEF constitue un enjeu majeur pour le développement de la forêt privée de la région, puisque le montant concerné représente 40 % du budget total qui est dédié à la mise en valeur de la forêt privée. 

Les activités en forêt privée sont un important levier de développement économique au Bas-Saint-Laurent, car elles permettent de créer des centaines d’emplois et de générer des millions de dollars en retombées économiques. Rappelons que les intervenants forestiers régionaux ont élaboré un ambitieux projet pour augmenter le niveau de récolte de bois en forêt privée. Ce projet prévoit que la récolte de bois issus des forêts privées passerait de 0,8 million de mètres cubes actuellement à 1,5 million de mètres cubes annuellement d’ici 3 ans.

Le renouvellement du financement du programme de création d’emplois en forêt (PCEF) privée est une condition incontournable pour atteindre les objectifs de récolte que se sont donnés les différents acteurs de la forêt privée.
Si le programme n’est pas reconduit, il y aura une perte de 200 emplois directs en forêt, une perte de 38 M$ par année en retombées pour l’économie régionale ainsi qu’une diminution des volumes de bois livrés aux usines de la région.

Partager cet article