Nouvelles et communiqués

TBE - Les arrosages des boisés privés débutent en mai

 

L’étape précédant la pulvérisation aérienne, prévue en mai et juin prochain, consiste à joindre les propriétaires de boisés privés dont les lots sont dans les zones ciblées pour 2018. La SOPFIM souhaite obtenir leur approbation et la signature d’un protocole d’entente. Elle faisait donc appel aux divers intervenants forestiers de la région, dont les conseillers forestiers, l’Agence et le Syndicat, le mois dernier, en informant ceux-ci par la même occasion. (photo: SOPFIM)

2Avions

CERTIFICAT DU PRODUCTEUR OBLIGATOIRE

S’il veut voir son lot arrosé, le propriétaire de boisé privé doit posséder son certificat de producteur en règle. Il doit donc être reconnu, selon le ministère. Le travail géomatique a été fait par la SOPFIM. Le plan d’intervention est prêt. À ce stade-ci, il n’est pas possible de faire des changements dans le plan 2018. Les zones à l’intérieur des blocs où les producteurs n’ont pas leur certificat et celles où se trouvent des chalets ne seront pas arrosées cette année.

LES SURFACES ADMISSIBLES ET IMPLIQUÉES

Pour être admissibles à l’arrosage, les propriétés privées doivent avoir une superficie minimale de 10 ha – largeur minimale 80 mètres, avoir une défoliation cumulative de 6 et + ou l’équivalent de 3 ans de défoliation modérée ou 2 ans de défoliation grave.

Notons que l’ouest du BSL n’est pas considéré cette année puisque la défoliation n’est pas ou est peu présente sur cette partie du territoire. Seulement les essences vulnérables – arbres 21 ans à 60 ans, mais parfois des 10 ans ont été considérées. Au Bas-Saint-Laurent, 31 014 ha sont inclus au programme.

En plus d’être rencontrés pour signer les protocoles d’entente, les propriétaires reconnus et concernés recevront les informations nécessaires. Un kit pour producteurs leur a déjà été acheminé.

La SOPFIM donne un court délai aux organisations pour faire signer les ententes. Les propriétaires ont jusqu’au 17 avril pour contacter leurs conseillers et acheminer les ententes reçues. Les conseillers ont jusqu’au 26 avril pour confirmer les signatures d’ententes à la SOPFIM.

LES ARROSAGES 

Prévision 2018 :

BSL 15 665 ha confirmé : 11 500 ha

Gaspésie : 500 ha confirmé 300 ha

Les vols se feront à 15 mètres de la cime des arbres. L’intensité sonore sera amplifiée durant la période d’arrosage qui se déroulera pendant trois semaines en mai, et ce jusqu’au 4 juillet. Les arrosages sont possibles le matin entre 4 h et 8 h et le soir entre 18 h et 22 h à des vents inférieurs à 9 km/h. En cas de plus, la SOPFIM procèdera à des ajustements dans l’horaire d’arrosage.

SITE WEB

La SOPFIM met des outils d’observation à la disposition des intervenants de la région et du grand public sur son site Internet. Ces outils permettront de suivre l’évolution des travaux  au fur à mesure que les arrosages, de cette première de trois phases, seront effectués.

Rappelons qu’un programme de protection des forêts contre la TBE a été établi pour la Côte-Nord, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie, en mai 2017.  252 000 hectares de forêt infectée de tordeuses des bourgeons de l’épinette (TBE) ont été ciblés par les ministères des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec et Développement économique Canada. La SOPFIM a été interpellée pour préparer un plan d’intervention pour les secteurs admissibles les plus infectés.

Seul l’insecticide biologique Bacillus Thuringiensis, variété kurstaki, communément appelée Btk, un produit sécuritaire pour la santé humaine, les animaux, la végétation et l’environnement, homologué par Santé Canada, sera utilisé.

La SOPFIM réalise des pulvérisations aériennes contre la TBE depuis 2014 au Bas-Saint-Laurent.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a mandaté la SOPFIM pour la mise en œuvre d’un programme de pulvérisation aérienne qui s’échelonnera sur quatre ans. Les travaux pour déterminer les superficies et les propriétaires admissibles ont débuté à l’été 2017. Ce nouveau programme de pulvérisation aérienne vise à protéger les investissements de l’État (plantations et éclaircies) qui ont été faits depuis près de 30 ans en forêt privée de moins de 800 ha d’un seul tenant  et à développer une expertise en protection des petites forêts privées où la planification et la préparation des interventions sont beaucoup plus complexes qu’en forêt publique.

Épidémie de la tordeuse des
bourgeons de l'épinette

Une épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette est actuellement en cours dans la région du Bas-Saint-Laurent. Le Syndicat suit l’évolution des populations de la tordeuse de près au sein de la forêt privée.