Les propriétaires de forêts privées dénoncent la réduction budgétaire du Programme de création d’emplois

spfbslNon classé

Rimouski, le 24 mai 2012 – Le Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent dénonce les coupures annoncées au Programme de création d’emplois pour l’Est du Québec et demande au ministre des Ressources naturelles et de la Faune, M. Clément Gignac, de réviser ses positions. Une réduction de 3 M$, sur un budget de près de 12 M$ dédié au secteur forestier du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, a été annoncée hier à l’Assemblée nationale par le ministre.

Depuis la création de ce programme, une somme de plus de 5 M$ était dédiée à la forêt privée du Bas-Saint-Laurent afin de compléter le budget régulier du Programme d’aide à la mise en valeur des forêts privées. Avec les marchés qui se présentent toujours difficilement, « La situation est extrêmement pénible pour les producteurs que nous représentons », soutient le président du Syndicat, M. Daniel Boucher. 

Rappelons qu’au cours des derniers mois,  des marchés importants ont disparu en région pour le secteur des pâtes et papiers : F.F. Soucy, en décembre 2011, et Emballages RockTenn Matane en début d’année 2012. Les producteurs ont également vu disparaître l’usine Félix Huard qui représentait un débouché substantiel pour les feuillus durs de qualité sciage. Devant ces mauvaises nouvelles qui contribuent à altérer davantage la situation économique des producteurs et des travailleurs forestiers, le président du Syndicat se dit choqué de la décision du ministre. «  M. Gignac semble croire que notre sort s’améliore. Le nouveau régime forestier veut reconnaître davantage la forêt privée, valoriser les travailleurs et soutenir les collectivités forestières. Alors où est la cohérence ? L’économie de la région est très dépendante des retombées du secteur forestier et l’année 2012 s’annonce particulièrement difficile. L’annonce du ministre, si elle n’est pas revue, contribuera à la détérioration d’une situation déjà critique », poursuit M. Boucher.

Cette mauvaise nouvelle fait craindre le pire au Syndicat qui a des engagements contractuels à respecter avec les usines de pâtes, papiers et panneaux acheteuses de bois feuillus. Les dirigeants craignent un ralentissement significatif des travaux de récolte et rappellent que toute la filière est affectée par la décision de sabrer dans ce Programme de création d’emplois essentiel à l’économie forestière régionale : les producteurs, les travailleurs en forêt, les conseillers forestiers et les usines régionales ayant besoin de fibres pour combler leurs marchés.  Un revirement de situation est donc attendu de la part du Syndicat, qui déplore aussi le délai de confirmation des autres enveloppes budgétaires affectées à l’aménagement des forêts privées, dont celles du Programme d’aide à la mise en valeur et du Programme d’investissements sylvicoles. 

Partager cet article