Les producteurs forestiers maintiennent leur contribution à la vitalité des collectivités forestières

spfbslNon classé

Rimouski, le 24 avril 2012 – Malgré le contexte difficile, les producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent ont poursuivi leurs efforts dans la mise en valeur durable de leurs boisés, confirmant ainsi le rôle essentiel qu’ils jouent au sein de la filière industrielle forestière et de l’économie régionale.  Voilà le premier constat que dressent les dirigeants du Syndicat des producteurs forestiers, à quelques jours de l’assemblée générale annuelle de l’organisation qui aura lieu ce jeudi 26 avril et au cours de laquelle il sera question du bilan de la dernière année. 

Perspectives des marchés, mise en œuvre de nouvelles politiques pour la forêt privée et révision du Programme de remboursement des taxes foncières figurent également parmi les sujets discutés par les membres et délégués.

En comparaison avec l’année 2010, une augmentation d’un peu plus de 27 % de la valeur des ventes de bois à destination des usines de pâtes, papiers et panneaux de particules est observée pour la dernière année, alors qu’une hausse de près de 16 % est constatée pour le marché du bois de sciage.  « Ces résultats sont tout de même très loin des bonnes années que nous avons connues mais ils nous permettent de tenir le coup et de constater, une fois de plus, le caractère essentiel de nos outils de mise en marché collectif et du Programme d’aide à la  mise en valeur », estime le président du Syndicat des producteurs forestiers, M. Daniel Boucher. La production globale de bois en provenance de la forêt privée pour l’année 2011 représente ainsi une valeur de 33,18 M$, comparativement à 26,60 M$ en 2010 et 66,78 M$ avant le début de la présente crise forestière, en 2005.  

Au chapitre des perspectives de la présente année pour le marché des pâtes, papiers et panneaux, les producteurs pourront compter sur une certaine stabilité pour les essences feuillues. Il demeure toutefois impossible pour le Syndicat de préciser les volumes d’essences résineuses pouvant être mis en marché. Rappelons qu’en décembre 2011, l’usine F.F. Soucy de Rivière-du-Loup mettait fin au contrat la liant au Syndicat.  Au total, l’organisation syndicale estime pouvoir livrer un peu plus de 160 000 tonnes métriques humides de bois à ses clients s’approvisionnant en forêt privée. Ajoutons qu’une diversification du marché de la biomasse forestière est espérée par le Syndicat qui a amorcé, en 2011, un partenariat d’affaires avec la Coopérative forestière dela Matapédia.  

Parallèlement à leurs activités de mise en marché et de mise en valeur, les producteurs forestiers poursuivront ce printemps les démarches de sensibilisation auprès des députés afin que soit réduit le fardeau économique associé aux taxes foncières des propriétés forestières. Une proposition de résolution en ce sens sera discutée en assemblée générale. Il sera également question des modalités d’application des décisions du ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) touchant la gestion des programmes d’aide à la forêt privée. Rappelons qu’en 2011, le MRNF annonçait de nouvelles orientations ciblant les producteurs engagés dans la mise en valeur de leur forêt et la protection des investissements sylvicoles. Le Programme d’aide à la mise en valeur des forêts privées et son financement sont entre autres concernés.

Ajoutons qu’un point de l’ordre du jour de l’assemblée générale portera sur le financement volontaire de projets de développement forestier. Le président du Syndicat dit vouloir consulter et échanger avec les membres sur la possibilité d’investir dans des initiatives régionales permettant de nouveaux débouchés pour leurs bois, et ce, via la Société d’investissement et de développement forestier (SIDFOR inc.). Cette société, fondée par les producteurs au début des années 1980, a notamment permis de soutenir la relance de l’usine Papier Cascades Cabano, devenue aujourd’hui Norampac-Cabano.  

Partager cet article