Le SPFBSL lève virtuellement le voile sur 2019, une année historique!

spfbsl Non classé

Rimouski, le mardi 12 janvier 2021 – Le Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent (SPFBSL) tient sa 62e assemblée générale annuelle, le 21 janvier 2021, en visioconférence avec l’application Zoom. L’événement qui devait avoir lieu plus tôt a, dans le contexte que nous connaissons depuis mars 2020, dû être reporté à cause de la COVID-19. Le bilan des activités de l’année 2019 sera présenté à l’ensemble des producteurs forestiers privés du Plan conjoint. Celui de l’année 2020 et les perspectives 2021 seront présentés plus tard cette année.

En 2019, le SPFBSL a travaillé dans l’optique de chercher de nouveaux marchés, d’améliorer les prix, mais aussi à faire reconnaître l’importance de la forêt privée et son implication dans les économies, sociale et environnementale, autant auprès de nos élus que de la population en général. Pour toutes ces raisons, le SPFBSL qualifie l’année 2019 d’exceptionnelle, entre toutes.

Malgré le contexte incertain à la frontière américaine, les prix qui ont été en changement de façon constante et avec l’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette avec laquelle les producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent, principalement dans le secteur est du territoire, nous enregistrons, en 2019, de très bons résultats, du jamais vu depuis près de 30 ans.

La voie de la consolidation des acquis s’est aussi poursuivie, comme prévu. Après plusieurs années de revendications, certains dossiers ont connu de l’avancement, de quoi confirmer que nous avons obtenu une certaine reconnaissance du développement économique et durable que représente la forêt privée.

ARCHIVES SPFBSL

Un succès sous le signe de la concertation

L’an dernier, 1 283 765 mètres cubes solides (mcs) ont été mis en marché par la forêt privée du Bas-Saint-Laurent demeurant ainsi la région la plus productive au Québec. Notons qu’en 2018, la mise en marché se situait à 1 208 979 mcs suivant la constante progression débutée depuis quelques années.  Le SPFBSL note donc une légère augmentation de 7 pour cent dans la production de bois à pâtes, papiers et panneaux ainsi que dans le bois de sciage. En valeur monétaire, la production s’élève à 76 583 000 $ par rapport à 70 270 000 $ en 2018 et à 63 758 345 $ en 2017.

La mise en marché du bois de sciage a connu quant à elle une augmentation de 3,6 pour cent compte tenu des prix qui se sont maintenus, également en raison de l’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette. « Je tiens à spécifier que la mise en marché du bois de sciage par le SPFBSL est à la hausse, en 2019, mais qu’elle se fait sur une base volontaire et que la demande nous vient des propriétaires eux-mêmes », précise M.Landry.

Coup d’œil sur les faits saillants

  • Mise en marché

Un volume de 199 041 m3s de bois à pâtes, papiers et panneaux, régit par le SPFBSL, a transigé vers les usines en 2019, soit une augmentation par rapport à 2018, incluant les volumes des marchés spéciaux. « Nous demeurons convaincus que les conditions étaient en place pour que nous puissions atteindre une mise en marché de 1 300 000 m3s en 2019. Ce n’est que partie remise! », indique le directeur général du Syndicat, M. Charles Edmond Landry.

Tordeuse des bourgeons de l’épinette

  • Cellule d’urgence

Le SPFBSL est toujours représenté à cette table par le directeur général, M. Charles Edmond Landry afin de continuer les démarches auprès des instances gouvernementales.

Des revendications effectuées conjointement avecla Fédération des producteurs forestiers du Québec (FPFQ) et Groupements forestiers Québec (autrefois RESAM) ont porté leurs fruits. Une grande proportion de la forêt privée de notre territoire affectée par la TBE a été arrosée. Les pulvérisations aériennes se sont poursuivies en 2020. « La forêt privée a obtenu des gains dans ce dossier.  Après avoir travaillé à faire changer certains éléments de la politique d’arrosage de façon à ce que les superficies éligibles soient moindres que 10 hectares, nous avons été entendus. Les superficies de 4 hectares et plus ont été arrosées », explique M. Veilleux.

« Cette avancée permettra d’éviter des retards dans les secteurs où la TBE n’a pas encore frappé. Car nous savons qu’un jour ou l’autre elle y parviendra », ajoute M. Landry. La Cellule poursuit ses démarches faisant pression pour obtenir du financement pour le réaménagement des territoires affectés. « Nous demeurons une référence pour les divers paliers de gouvernement et organismes qui s’intéressent à notre situation puisque nous avons cumulé des données pertinentes qui peuvent aider et guider les gouvernements à prendre les bonnes décisions », selon M. Landry.

La forêt privée, une économie durable

Encore une fois, le SPFBSL a fait preuve d’initiatives et a mis en place des mesures qui répondent à ses valeurs environnementales en rendant accessible de la vaisselle compostable à tous, organismes ou au public en général. Ainsi, les administrateurs auront passé une commande à son directeur général et son équipe, leur donnant pour mission de sensibiliser la population et les instances gouvernementales puisqu’ils souhaitaient voir abolir les styromousses et les plastiques du commerce alimentaire et de détails. « Nous avons mis en place un système qui permet à la population de se procurer des couverts et de la vaisselle compostables à un prix de revient moindre et nous avons déposé un mémoire au gouvernement québécois. Nous avons investi près de 10 000 $ dans ce projet qui se veut concluant puisque les gens font appel directement à nous et se procurent ces produits compostables », explique M. Landry.

Formation

En 2019, l’organisation a plus que doublé son offre en offrant neuf formations, en collaboration avec Emploi-Québec. Cette offre diversifiée a encore répondu à un besoin pour les producteurs et propriétaires de boisés privés occupant les trois zones stratégiques de notre territoire : les MRC de La Mitis/ Rimouski-Neigette / des Basques, les MRC de la Matanie/ de La Matapédia/ d’Avignon (Les Plateaux) et les MRC de Rivière-du-Loup/ de Témiscouata.

2020 en quelques mots

Le SPFBSL, les producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent ainsi que tous les intervenants de l’industrie ont dû s’ajuster à la réalité imposée par les mesures sanitaires commandées par la Direction de santé publique et le gouvernement québécois. La situation a, au départ le 13 mars 2020, placé l’industrie dans l’incertitude et a influencé la mise en marché des bois. La pandémie a ralenti les récoltes de bois. L’industrie forestière ne sachant pas à quoi s’attendre à court et moyen termes, le SPFBSL a très vite fait le constat qu’il ne connaîtrait pas de record en 2020.

Malgré cette situation, des impacts positifs émergent de cette pandémie. Le SPFBSL a saisi cette opportunité pour développer ses dossiers et devancer le développement de ses pratiques technologiques. Autant les administrateurs, les producteurs forestiers et les membres du personnel ont apprivoisé les nouvelles technologies afin de remplir leur rôle adéquatement. L’analyse de l’année 2020 est en cours et les détails seront présentés en mai puisque les procédures habituelles peuvent reprendre leur cours normal grâce aux technologies mises à notre disposition.

Évidemment, la situation impose des contraintes. L’avenue virtuelle est positive, mais nous empêche tout de même de faire évoluer certains dossiers. Ceux qui nécessitent que les producteurs forestiers bas-laurentiens se mobilisent comme dans le cas où l’on doit porter le dossier des taxes foncières et assister aux séances municipales. Un autre exemple, la journée forestière a dû être reportée en 2022. Par ailleurs, autre fait important à noter, l’état du réseau Internet amène des contraintes supplémentaires dans certains secteurs au Bas-Saint-Laurent ce qui donne des maux de tête à plusieurs producteurs. Cette situation complique et empêche certains producteurs d’assister à des rencontres importantes.

Source :               Chantale Arseneault

Coordonnatrice à l’information

[email protected]

418 392-0386

Partager cet article