Le SPFBSL dévoile le bilan de son exercice financier 2022

spfbslCommuniqué

Communiqué

Pour diffusion immédiate

Maintenir l’évolution dans un contexte où les enjeux sont de plus en plus nombreux

Rimouski, le mardi 25 avril 2023 – Le Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent (SPFBSL) tient sa 65e assemblée générale annuelle le 4 mai, en formule hybride (virtuel et présentiel). Le bilan 2022 et les perspectives 2023 seront présentés à l’ensemble des producteurs forestiers privés du Plan conjoint à l’Hôtel Rimouski, de 9 h à 16 h.

Quatre-vingt-dix délégués, producteurs forestiers privés du Plan conjoint, représentants des sept secteurs de la grande région du Bas-Saint-Laurent, de la Fédération des producteurs forestiers du Québec (FPFQ) et de la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec (RMAAQ) se réuniront alors que sera présenté le bilan de l’exercice financier 2022. L’année 2022, période de révision quinquennale pour le SPFBSL qui a présenté son rapport en audiences devant la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec. Une année durant laquelle les producteurs forestiers de la forêt privée ont pu prendre leur place dans l’industrie en livrant un volume de bois, toutes essences confondues, de 1 200 034 mcs sur un objectif de 1 500 000 mcs versus une possibilité forestière de 1 945 000 mcs. Il s’agit donc d’une diminution de 8,6 % par rapport à l’an dernier. En valeur monétaire, cela représente 96 525 140 $ par rapport à 91 238 921 $ en 2021.

« Malgré les inquiétudes durant l’année, nous terminons avec des résultats plus que respectables. En 2022, la diminution se situe principalement dans le bois de sciage, bien que nous ayons connu une légère baisse aussi dans les bois à pâtes, papiers et panneaux », indique M. Charles Edmond Landry, directeur général.

Conférence de presse 25 avril 2023

Coup d’œil sur les faits saillants

Mise en marché – Bois de sciage

La Cellule d’urgence – Bois de sciage résineux a rempli son mandat et fait avancer le dossier afin d’obtenir un « juste » prix pour le bois de sciage résineux. Après avoir fait appel à des experts pour comprendre la réalité des industriels, après avoir développé un outil à présenter aux dirigeants des usines du Bas-Saint-Laurent, les pourparlers avec le Conseil de l’industrie du Québec (CIFQ) et ses représentants ont été entrepris. « Nous avons répondu à toutes les questions et la Cellule est en attente d’une offre. Il est évident que cette offre sera présentée à l’AGA, si elle est reçue avant le 4 mai 2023 et qu’une autre réunion doit être convoquée par la suite afin que les producteurs forestiers de la région l’analysent et se prononcent sur cette proposition », explique le président M. Maurice Veilleux.

Rappelons que le SPFBSL a été mandaté par les producteurs forestiers de la forêt privée en 2021 et que les administrateurs du SPFBSL ont fait leur devoir et ont mis en place une cellule d’urgence – bois de sciage résineux. Celle-ci est formée de représentants du SPFBSL, de la Fédération des groupements forestiers du Bas-Saint-Laurent et des Conseillers forestiers indépendants. Tous les producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent sont représentés à cette table.

Le Syndicat aura donc mis un volume de bois de sciage de 1 031 339 mcs en 2022 et continuera de livrer les volumes prévus aux divers contrats. Ce volume inclut celui mis en marché par le Syndicat, ce qui représente 41 610 mcs. La mise en marché du bois de sciage, sur une base volontaire, est donc favorable.  Les marchés dans la biomasse se sont améliorés comme prévu.  

Conférence de presse 25 avril 2023

Chablis

À la suite des forts vents et du verglas survenus dans la nuit du 23 au 24 décembre derniers au Québec, plusieurs propriétaires forestiers de la région furent touchés. Le SPFBSL, après avoir invité les producteurs forestiers à la prudence, a collaboré et fourni un registre au ministère des Ressources naturelles et des Forêts (MRNF). Il s’agit d’une liste des producteurs forestiers qui avaient signalé les dégâts sur leur propriété. Un comité Chablis a été formé et ce dernier est en contact avec le MRNF. Nous sommes en attente des analyses qui devraient nous parvenir en juin, après que le MRNF ait pris de nouvelles images numériques et les ait comparées avec celles prises le 23 décembre 2022, avant la tempête. Un plan sera élaboré dans le but de bien évidemment accompagner les producteurs forestiers privés du Bas-Saint-Laurent.

Usines de granules

Le SPFBSL s’attend à une reprise intéressante dans le marché de la biomasse avec le démarrage de GDS Énergie à Lac-au-Saumon et avec l’usine de granules de Lebel Énergie à Cacouna qui devrait commencer à recevoir le bois de la forêt privée à la fin de l’automne 2023, et espère pouvoir fournir un volume annuel se situant aux alentours de 30 000 tmh chez Lebel Énergie et 10 000 tmh principalement en bois certifié.

Budgets d’aménagement

À la suite des élections provinciales en 2022, la ministre des Ressources naturelles et des Forêts, Mme Maïté Blanchette Vézina rencontrait le SPFBSL sur invitation. Les représentants de Groupements forestiers Bas-Saint-Laurent et un élu ont aussi été invités à cette table de travail.  La Table de concertation de la forêt privée du Bas-Saint-Laurent a été informée qu’aucune somme supplémentaire n’est prévue au budget provincial pour aider la forêt privée et répondre aux besoins de l’Agence de mise en valeur des forêts privées du Bas-Saint-Laurent pour la livraison de nos programmes d’aménagement forestier. Rappelons que le Bas-Saint-Laurent a besoin de 4,7 M$ annuellement afin de faire face à l’épidémie de tordeuse. Ces nouveaux budgets, provenant d’une entente entre les gouvernements, provincial et fédéral, permettront à ce stade-ci d’éponger les retards dans les besoins pour l’année 2023-2024. Il s’agit d’une démarche concertée avec la Table des préfets de la forêt privée du Bas-Saint-Laurent.

Milieux humides et hydriques

Plusieurs MRC ont procédé à la mise à jour de leur Plan régional des milieux humides et hydriques (PRMHH).

Cette mesure consiste à mettre en place des règlements de façon à avoir une meilleure préservation de notre environnement. À ce sujet, le SPFBSL est demeuré à l’affût et informe les propriétaires de boisés privés. Le SPFBSL poursuit ses démarches et invite les producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent à se doter d’un plan d’aménagement qui les aidera dans leur démarche de récolte en étant accompagné d’un expert.

Tordeuse des bourgeons de l’épinette

Cellule d’urgence

En 2022, le programme d’arrosage a donné d’excellents résultats. Les superficies totales affectées ont diminué passant de 516 916 ha en 2021 à 338 526 ha en 2022. La majeure partie des défoliations sont maintenant qualifiées de légères. La région a donc connu une augmentation de la récolte dans l’est du territoire affecté, causant une augmentation des besoins de remise en production pour laquelle les budgets sont insuffisants pour l’instant. Par ailleurs, le programme d’arrosage devrait être reconduit étant donné que les sommes allouées n’ont pas toutes été utilisées. En effet, environ 50 % des budgets dédiés aux pulvérisations depuis le début du programme n’ont pas tous été dépensés. Les conditions climatiques ont été favorables pour faire les arrosages sur les superficies de quatre hectares et plus, au Bas-Saint-Laurent. Le SPFBSL continue ses négociations voulant que les programmes se poursuivent puisque la TBE se propage en direction ouest du territoire.

Hausse du prix du carburant

En 2022, la clause carburant incluse dans les ententes entre le SPFBSL et les transporteurs permet les ajustements nécessaires dans les bois à pâtes, papiers et panneaux. Notons que l’industrie a réagi cette année et a ajusté les prix pour tenir compte de la hausse du prix du carburant. Une compensation carburant a donc été offerte aux producteurs forestiers qui font leur mise en marché de leur bois à pâtes, papiers et panneaux par l’entremise du SPFBSL. Quant à la prime aux transporteurs, le SPFBSL facturera l’industrie selon l’entente conclue avec les transporteurs, de sorte que le SPFBSL n’aura plus à payer les sommes manquantes jusqu’à ce jour. Pour le bois de sciage, les prix sont ajustés dans la grille de taux du SPFBSL et une nouvelle grille sera préparée pour tenir compte de l’évolution des charges. Le SPFBSL est toutefois conscient que des pressions devront être effectuées auprès des instances gouvernementales et de l’industrie, afin de compenser les frais de carburant pour les producteurs forestiers de boisés privés.

Défis et perspectives 2023

La certification forestière des bois et les budgets d’aménagement, donc la mobilisation des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent afin de faire pression sur le gouvernement pour obtenir les budgets nécessaires au bon fonctionnement des opérations seront sans équivoque les dossiers priorisés au cours de l’année 2023.

Certification des bois

Étant donné que les industriels du sciage payent une prime pour le bois certifié, le dossier certification des bois ne peut être ignoré. Ainsi, le directeur général sera mandaté pour préparer le dossier de la certification en 2023 afin de l’offrir à l’ensemble des propriétaires forestiers du Bas-Saint-Laurent. Rappelons que deux usines de pâtes, papiers et panneaux s’approvisionnent en bois certifiés depuis cette année : Cascades Emballage carton-caisse de Témiscouata-sur-le-Lac et Sappi de Matane. Compte tenu de la demande d’un de ses acheteurs de bois voulant qu’ils souhaitent être approvisionnés avec du bois 100 pour cent certifié d’ici cinq ans, le SPFBSL mise sur la certification collective afin de répartir les coûts.

Crédit carbone

Ce dossier est de plus en plus omniprésent dans les diverses discussions lors des séances de travail. Un conférencier expert sur ce sujet a permis de démystifier les tenants et aboutissants des crédits carbone qui se veulent préoccupant pour la plupart des propriétaires forestiers. Le SPFBSL y voit une opportunité pour les producteurs forestiers d’aller chercher un revenu supplémentaire avec les crédits carbone.

La forêt privée aménagée, une richesse à partager, un atout pour la lutte aux changements climatiques.

– 30 –

Source :  Chantale Arseneault

Coordonnatrice à l’information 

418 392-0386 carseneault@spfbsl.com

Partager cet article