LA SORTIE DE CRISE SE FAIT ATTENDRE PAR LES PRODUCTEURS FORESTIERS

spfbsl Non classé

Ce mercredi 24 avril, à l’Hôtel Rimouski, se tiendra la 55e assemblée générale annuelle du Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent. Il sera question, entre autres, du bilan des activités de la dernière année et des perspectives de mise en marché pour l’année 2013. À quelques jours de l’AGA, les représentants du Syndicat s’entendent pour dire que malgré une certaine relance observée dans l’industrie forestière au Québec, la situation des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent demeure très difficile. 

« Nous considérons que nous sommes toujours en période de crise forestière », note M. Robin Breton, président du Syndicat. « Depuis sept ans, les producteurs subissent une détérioration constante de leur situation financière en plus de subir une absence de marché dans l’ouest de notre territoire en ce qui concerne les bois résineux de qualité pâte. Malgré tout, ils poursuivent leurs efforts dans la mise en valeur durable de leurs boisés, ce qui est remarquable », ajoute-t-il. 

Bilan de la mise en marché pour l’année 2012

L’année 2012 s’est montrée plutôt difficile sur le plan de la mise en marché considérant la perte de deux importants clients : la papetière F.F. Soucy de Rivière-du-Loup, qui a mis fin de façon prématurée à son contrat d’achat à la fin de l’année 2011, et la fermeture définitive de l’usine Emballages RockTenn à Matane. Malgré ce contexte, les quantités de bois livrés à destination des usines de pâtes, papiers et panneaux de particules se chiffrent tout de même à 156 072 tonnes métriques humides (tmh) comparativement à 182 474 thm, en 2011, ce qui représente une baisse de 14,5 %. En terme de valeur, la quantité totale livrée constitue plus de 7 M$, soit une diminution de 16,8 % par rapport à l’année précédente. Les efforts de diversification de marché ont toutefois permis d’atténuer une baisse encore plus importante qui était appréhendée en début d’année. Notons, entre autres, les nouvelles conventions de mise en marché avec deux nouveaux acheteurs : J.D. Irving Ltd et HF Import/Export inc. Ce dernier acheteur ayant pour objectif l’exportation de copeaux vers la Turquie à partir du port de Belledune au Nouveau-Brunswick. Citons également le Groupement forestier de Témiscouata inc. et M. Raymond d’Auteuil de
St-Jean-de-Dieu, dans le cas d’approvisionnements en biomasse forestière. Concernant le secteur du sciage, le dernier exercice a été marqué par une stabilisation des ventes par les producteurs, toutes essences confondues. Les volumes livrés en 2012 ont atteint 843 090 mètres cubes apparents (mca), ce qui représente une faible hausse de 1,4 %, comparativement à 2011.  Par contre, dans le cas des bois résineux (sapin et épinettes), une augmentation notable de 19,9 % a été enregistrée, par rapport à la dernière année, pour un volume total de 537 343 mca. Force est de constater qu’en ce contexte de crise forestière, le niveau de récolte, se situant cette année à 44 % de la possibilité forestière, est encore en bien en deçà de ce que peut offrir la forêt privée bas-laurentienne. « Ces résultats sont toujours très loin de ceux des bonnes années que nous avons connues, mais ils nous permettent de tenir le coup et de constater, une fois de plus, l’importance de la mise en marché collective et du Programme d’aide à la mise en valeur des forêts privées », estime M. Breton. La production régionale de bois en provenance de la forêt privée pour l’année 2012 représente ainsi une valeur de 32,49 M$, comparativement à 33,18 M$ en 2011, et 66,78 M$ avant le début de la présente crise forestière, en 2005. Notons qu’à l’échelle du Québec, les propriétaires forestiers enregistrent un manque à gagner relatif à la vente de leurs produits de plus de 1,1 milliard de dollars depuis le début de l’actuelle crise forestière.

Les perspectives 2013

Quant aux perspectives de la présente année pour le marché des pâtes, papiers et panneaux, les producteurs pourront compter sur une stabilité des volumes disponibles pour les essences feuillues à destination de l’usine Norampac-Cabano. En ce qui a trait aux autres acheteurs de ce produit, des négociations sont toujours en cours. Quant aux essences résineuses, un espoir est toujours présent d’offrir un marché à l’ensemble de la région.

Dossier des taxes foncières

Parallèlement aux activités de mise en marché, l’organisation de défense des intérêts des producteurs forestiers poursuit, encore une fois ce printemps, des démarches de représentations politiques auprès des élus provinciaux afin que soit réduit le fardeau fiscal associé aux taxes foncières des propriétés forestières. Une campagne de sensibilisation auprès de la ministre des Ressources naturelles, Mme Martine Ouellet, demandant d’appliquer une mise à jour au Programme de remboursement des taxes foncières, visant à soutenir les efforts d’aménagement en forêt privée, a été lancée à travers la province.  

Source :         Émilie Tremblay, coordonnatrice à l’information [email protected] 418 723-2424, poste 269  

Partager cet article