INFO-PRODUCTEURS : La Table de concertation de la forêt privée du BSL sollicite l’appui des municipalités

spfbslNon classé

Devant le laxisme de la part du cabinet du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, les représentants de la Table de concertation de la forêt privée du Bas-Saint-Laurent (TCFPBSL) sollicitent l’appui des municipalités de la région dans leur démarche d’obtenir l’attribution des budgets régionaux nécessaires pour soutenir la récolte et les aménagements en forêt privée bas-laurentienne.

Il y a urgence d’agir et dans cette optique plusieurs actions seront prises au cours des prochaines semaines. C’est pourquoi un modèle de résolution d’appui aux revendications a déjà été envoyé aux MRC qui relayeront les documents aux 114 municipalités de la région pour qu’elles procèdent à son adoption.

Depuis près de deux ans, les partenaires de la Table de concertation sur la forêt privée du Bas-Saint-Laurent, à laquelle participent MM. Bertin Denis, préfet de la MRC Les Basques et Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, multiplient les représentations auprès du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, pour l’alerter sur cette problématique budgétaire et les pertes économiques importantes qui découleront du manque de financement pour, à la fois, récupérer et remettre en production les peuplements affectés, ainsi que de réaliser l’ensemble des travaux d’aménagement forestier prévus sur le territoire. Les partenaires ont d’ailleurs tenu une conférence de presse le 7 décembre dernier, afin de sensibiliser la population à cet enjeu critique pour la région.

Voir le communiqué émis le 7 décembre 2021.

Rappelons que le Bas-Saint-Laurent a vu ses budgets d’aménagement en forêt privée amputés de 2 M$ par année, ce qui perturbe la filière forestière régionale, fortement frappée par l’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Comparativement à 2020, cette dernière a progressé de 23 % en 2021. La gestion de cette épidémie, principalement concentrée dans les MRC de l’est du territoire, a obligé à concentrer les budgets d’aménagement à la récupération des peuplements affectés et à leur remise en production, délaissant ainsi les travaux d’aménagement telles que les éclaircies commerciales et les coupes de jardinage des érablières qui permettent de favoriser la croissance, la santé et la qualité de la forêt.

Désirant obtenir l’appui le plus large possible et l’écoute du gouvernement pour faire face à cette crise, les représentants de la TCFPBSL invitent les producteurs et propriétaires forestiers privés à être attentif et à se positionner sur le sujet lors des séances municipales respectives, si possible et s’ils le jugent pertinent au cours des prochaines semaines.

Partager cet article