Deuxième plus grosse année de toute l’histoire

spfbsl Non classé

À l’aube du 60e anniversaire du Plan conjoint, le Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent (SPFBSL) dresse un bilan positif de la dernière année. Malgré un contexte économique qui tarde à s’améliorer, les résultats sont positifs. Les acquis des dernières années furent consolidés. L’environnement d’affaires des producteurs et l’ensemble de leurs intérêts furent améliorés grâce à tous les efforts fournis par l’équipe du SPFBSL.

En 2016, la forêt privée du Bas-Saint-Laurent demeure donc la plus productive au Québec. Près de 1,2 million de mètres cubes solides ont été mis en marché. Le SPFBSL note ainsi une augmentation de plus de 17 pour cent dans la production de bois de la forêt privée au Bas-Saint-Laurent. En valeur monétaire, la production s’élève à 67 043 465 $ par rapport à 58 041 000 $ en 2015.

Coup d’œil sur les faits saillants

  • Mise en marché

L’objectif est atteint. 176 933 mètres cubes solides de bois à pâtes, papiers et panneaux, régie par le Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent ont transigés vers les usines en 2016. « Le SPFBSL s’était engagé à mobiliser le plus de bois possible tel que le demandait le gouvernement et malgré les coupures qui ont affecté les travaux d’aménagement avec la perte du programme de création d’emploi, un travail de consolidation a été réalisé. Actuellement, le SPFBSL est en avance comparativement à l’année dernière » précise le directeur général du Syndicat, M. Charles-Edmond Landry.

L’augmentation des livraisons et les économies réalisées, à la suite d’un exercice d’optimisation du transport, ont permis au Syndicat de verser deux ristournes aux producteurs et de terminer l’année 2016 avec un excédent budgétaire de 186 000 $.

Tordeuse des bourgeons de l’épinette

  • Cellule d’urgence

En 2016, la Fédération des producteurs forestiers du Québec (FPFQ) et le Regroupement des sociétés d’aménagement forestier du Québec (RESAM) ont convenu de former une cellule d’urgence afin de coordonner les actions à réaliser pour atténuer les impacts pour les communautés. La cellule fera entre autres l’état des besoins régionaux pour le suivi de l’épidémie. Deux rencontres ont eu lieu en 2016. Le comité compte huit membres dont M. Charles-Edmond Landry, directeur du SPFBSL, Mme Katherine Court, directrice générale du SPFGIM et M. Bernard Ouellet de la S.E.R. Neigette.

  • 10 M$ pour contrer l’épidémie de la TBE

Le Gouvernement du Québec a annoncé un investissement de 10 millions de dollars dans un programme de pulvérisation aérienne d’insecticide biologique contre la tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE) pour les petites forêts privées du Québec. Le 3 avril dernier, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Luc Blanchette confirmait l’octroi d’une subvention de 10 millions de dollars à la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM) pour la mise en œuvre d’un programme de lutte sur quatre ans, soit jusqu’à la fin de 2021. La première année sera consacrée à la préparation du programme de lutte et aux évaluations, aérienne et terrestre, des dommages pour bien cibler les efforts. Ce programme visera à protéger les investissements passés en forêt privée (plantations et éclaircies) et à développer une expertise en protection des petites forêts privées (projets pilotes) où la planification et la préparation des interventions sont beaucoup plus complexes qu’en forêt publique.

Malgré tout, il faut également remettre en production les superficies qui auront été récoltées afin de maintenir une pérennité de peuplements forestiers. « Il faut continuer à revendiquer afin de remettre en production les zones récoltées de façon intensive due à l’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette », précise M. Landry.

Formation

Le Syndicat lançait, en 2016, un nouveau programme de formations, en collaboration avec Emploi-Québec. Une première formation sur l’abattage directionnel fut offerte à l’automne, des formations d’entretien et affûtage à la scie à chaîne de même que comptabilité et fiscalité forestière suivirent. L’équipe du SPFBSL travaille toujours à répondre aux besoins et aux demandes des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent.

Les perspectives 2017

Le Syndicat vise une augmentation de sa mise en marché. Il compte mettre 1,5 million de mètres cubes solides en marché au cours de la prochaine année. Pour ce faire, le SPFBSL procédera au renouvellement des ententes avec les acheteurs et poursuivra ses démarches, car il entend conclure de nouveaux partenariats avec des usines du Nouveau-Brunswick et des États-Unis. Par ailleurs, puisqu’il y a de plus en plus de promoteurs intéressés par la biomasse et que le Syndicat prévoit une progression en 2017 il confirme être toujours à l’écoute d’acheteurs potentiels et demeure à l’affût de nouveaux marchés.  

En terminant, le Syndicat confirme que l’approche concertée entre tous les partenaires a donné de bons résultats. Il compte poursuivre ses actions en ce sens.  «Je me permets de penser que nous récoltons le fruit de nos efforts investis pour améliorer nos relations avec l’ensemble de nos partenaires, reliés à forêt ou non. La preuve est faite : ensemble nous représentons une force ! », conclut M. Roger Vaillancourt, président.

Pour voir le reportage de la journaliste Marie-Josée Lavoie de TVCogeco: https://www.facebook.com/groups/349608753416/

Source :              

Chantale Arseneault  

Coordonnatrice à l’information

[email protected]

418 723-1939, poste 4506

Partager cet article