2021, une année sans précédent…malgré tout!

spfbsl Non classé

Rimouski, le mardi 26 avril 2022 – Le Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent (SPFBSL) tient sa 64e assemblée générale annuelle le 5 mai, en formule hybride (virtuel et présentiel). Le bilan 2021 et les perspectives 2022 seront présentés à l’ensemble des producteurs forestiers privés du Plan conjoint à l’Hôtel Rimouski, de 9 h à 16 h.

En effet, une centaine de délégués, producteurs forestiers privés du Plan conjoint, représentants des sept secteurs de la grande région du Bas-Saint-Laurent, de la Fédération des producteurs forestiers du Québec (FPFQ) et de la Régie des Marchés agricoles et alimentaires du Québec (RMMQ) se réuniront alors que seront présentés le bilan de l’exercice financier 2021, une année de mise en marché sans précédent, et les perspectives 2022.

En 2021, la conjoncture économique fragilisait les marchés du bois d’œuvre. Cela n’a pas empêché le SPFBSL de relever le défi. Les producteurs forestiers de la forêt privée ont pu prendre leur place dans l’industrie en livrant un volume de bois, toutes essences confondues, de 1 313 414 mcs sur un objectif de 1 500 000 mcs versus une possibilité forestière de 1 945 000 mcs. Il s’agit donc d’une augmentation de 18 pour cent par rapport à l’an dernier. En valeur monétaire, cela représente 91 238 921 $ par rapport à 67 600 000 $ en 2020.

« C’est un record de tous les temps! Cette année, nous nous sommes vu imposer des calendriers de livraison autant des usines de pâtes, papiers et panneaux que de celles de sciage. Malgré cela et une diminution dans les bois à pâtes, papiers et panneaux, la mise en marché du sciage a connu une augmentation intéressante qui nous permet d’atteindre d’excellents résultats », explique le directeur général M. Charles Edmond Landry.

Malgré la diminution des volumes dans les bois à pâtes, papiers et panneaux, la mobilisation dans les bois de sciage s’est accrue considérablement. L’augmentation du prix du bois de sciage et à la récolte intensive causée par la tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE) ont créé cette situation.  

Coup d’œil sur les faits saillants

Mise en marché – Bois de sciage

 « Mandatés par les producteurs forestiers de la forêt privée en 2021, les administrateurs du SPFBSL ont fait leur devoir et ont mis en place une cellule d’urgence – bois de sciage résineux. Elle est formée de représentants du SPFBSL, de la Fédération des groupements forestiers du Bas-Saint-Laurent et des Conseillers forestiers indépendants. Nous avons fait appel à des experts pour comprendre la réalité des industriels. La prochaine étape est d’aller à leur rencontre dans l’objectif d’obtenir un « juste » prix pour le bois de sciage résineux. Tous les producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent sont représentés à cette table », explique le président M. Maurice Veilleux.

Le Syndicat aura donc mis un volume de bois de sciage de 1 137 025 mcs en 2021 et continuera de livrer les volumes prévus aux divers contrats tout en défendant les intérêts de ses producteurs et propriétaires de boisés privés. Les marchés dans la biomasse devraient se rétablir cette année. La reprise d’activités se pointe à l’horizon et la mise en marché du bois de sciage sur une base volontaire est favorable. 

Usines de granules

De nouveaux marchés sont à entrevoir dans la région. Le SPFBSL a été approché pour livrer des volumes pour satisfaire les besoins des usines de Lebel Énergie à Cacouna, en construction actuellement, et du Groupe GDS à Lac-au-Saumon qui pour sa part est en période de rodage. Le Groupe GDS prévoit débuter les opérations à la fin de l’été.

Budgets d’aménagement   

Après deux ans de démarche auprès du gouvernement par la Table de concertation, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) devrait confirmer sous peu une enveloppe pour répondre aux besoins de l’Agence de mise en valeur des forêts privées du Bas-Saint-Laurent pour la livraison de nos programmes d’aménagement forestier. Rappelons que le Bas-Saint-Laurent a besoin de 4,7 M$ afin de faire face à l’épidémie de tordeuse. C’est nouveaux budgets, provenant d’une entente entre les gouvernements, provincial et fédéral, permettront de combler les besoins pour l’année 2022-2023. Il s’agit d’une démarche concertée avec la Table des préfets du Bas-Saint-Laurent. Ces derniers ont fait bon nombre de représentations. Même chose pour les intervenants de la forêt privée qui ont rencontré les élus régionaux toute allégeance politique confondue.

Nouvelle réglementation sur les milieux humides et hydriques

Parmi les nombreux dossiers que le SPFBSL aura à travailler, celui de la nouvelle réglementation sur les milieux humides et hydriques en est un. Le MFFP continue de mettre en place des règlements de façon à avoir une meilleure préservation de notre environnement. En ce sens, la nouvelle réglementation est en vigueur. À ce sujet, le SPFBSL informera les propriétaires de boisés privés. Il est important de retenir que le Bas-Saint-Laurent souhaite demeurer à la fine pointe. D’ailleurs, une conférence sera offerte à l’AGA le 5 mai prochain par M. Marc-André Rhéaume sur la nouvelle réglementation des milieux humides et hydriques.

Tordeuse des bourgeons de l’épinette

Cellule d’urgence

Environ 50 pour cent des budgets dédiés aux pulvérisations depuis le début du programme n’ont pas tous été dépensés. Les conditions climatiques ont été favorables pour faire les arrosages sur les superficies de quatre hectares et plus, au Bas-Saint-Laurent. Le SPFBSL poursuit ses négociations voulant que les programmes se poursuivent puisque la TBE se propage en direction ouest du territoire. Rappelons qu’au Bas-Saint-Laurent 241 600 ha ont été arrosés, l’an dernier, incluant les forêts privées. En 2021, la superficie totale affectée au Bas-Saint-Laurent est de 516 915 ha. La majeure partie des défoliations sont qualifiées de légères.

Hausse du prix du carburant

En 2022, la clause-carburant incluse dans les ententes entre le SPFBSL et les transporteurs permet les ajustements nécessaires dans les bois à pâtes, papiers et panneaux. Pour le bois de sciage, les prix sont ajustés dans la grille de taux du SPFBSL et une nouvelle grille sera préparée pour tenir compte de l’évolution des charges. Le SPFBSL est toutefois conscient que des pressions devront être effectuées auprès des instances gouvernementales et de l’industrie, afin de compenser les frais de carburant pour les producteurs forestiers de boisés privés.

Défis et perspectives 2022

Maintenant que les activités vont pouvoir reprendre en présentiel, le dossier des taxes foncières sera une priorité pour le SPFBSL. Rappelons que les revendications de la FPFQ ont permis que les municipalités puissent abaisser les taux de taxation. Cette décision n’a pas été bien accueillie par le monde municipal. Les propriétaires de boisés privés qui souhaitent faire avancer ce dossier sont invités à se manifester et demander une baisse de leur taux de taxation foncière.

Certification

Le SPFBSL met ce dossier en priorité pour les deux prochaines années compte tenu de la demande d’un de ses acheteurs de bois voulant qu’il souhaite être approvisionné avec du bois 100 pour cent certifié d’ici cinq ans. Le SPFBSL mise sur la certification collective afin de répartir les coûts.

Le SPFBSL travaille « Toujours au service de ses producteurs selon leurs besoins » et dans l’optique de chercher de nouveaux marchés, d’améliorer les prix, mais aussi de faire reconnaître l’importance de la forêt privée et son implication dans les économies, sociale et environnementale, autant auprès de nos élus que de la population en général.

– 30 –

Source : Chantale Arseneault

Coordonnatrice à l’information 

418 392-0386 [email protected]

Partager cet article