ÉVOLUTION DE LA SITUATION

2018 - L’ÉPIDÉMIE DE TORDEUSE DES BOURGEONS DE L’ÉPINETTE

La Direction de la protection des forêts du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) effectue annuellement un relevé aérien des dommages causés par la tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE). Le relevé permet notamment d’évaluer l’étendue et l’intensité des dommages depuis le début de l’épidémie dans la région en 2012. Le relevé permet aussi d’ajuster les stratégies d’aménagement et d’orienter les priorités de récolte des peuplements affectés.

Image2

Progression des défoliations

Les superficies défoliées en 2018 en petite forêt privée ont légèrement diminué par rapport à l’an dernier. Les superficies affectées s’élèvent à environ 353 500 hectares par rapport à 390 500 hectares en 2017. Par contre, l’intensité des dommages a augmenté puisque la proportion combinée des superficies affectées de façon modérée ou grave s’élève maintenant à 67% par rapport à 55% l’an dernier. Le portrait en forêt publique et sur les grandes propriétés privées montre, à l’inverse, une diminution de l’intensité des dommages lesquels sont surtout légers ou modérés. Cela est possiblement influencé par la proportion plus élevée de peuplements protégés par pulvérisation en forêt publique.

Dans les MRC de l’est du territoire (Neigette, Mitis, Matanie et Matapédia), les surfaces affectées sont pratiquement les mêmes, toutefois d’importants secteurs sont passés de défoliations majoritairement légères/modérées à des défoliations majoritairement modérées/sévères. Pour les MRC de l’ouest du territoire où la TBE est présente (Kamouraska, Rivière-du-Loup, Basques), les surfaces affectées ont diminuées significativement. De plus, les dommages y sont essentiellement légers. Le Témiscouata demeure épargné puisque les défoliations n’ont pas progressé vers l’ouest encore cette année.

Progression des superficies (ha) affectées en petite forêt privée

Classe de défoliation

2012

2013

2014

2015

2016

2017

2018

Légère

3 552 (92%)

23 194 (75%)

55 155 (34%)

83 770 (25%)

200 291 (59%)

175 836 (45%)

117 948 (33%)

Modérée

288 (8%

7 298 (24%)

75 978 (46%)

173 951 (52%)

98 477 (29%)

144 154 (37%)

144 154 (43%)

Grave

6 (0%)

403 (1%)

33 369 (20%)

73 782 (22%)

39 722 (12%)

70 470 (18%)

84 246 (24%)

Total

3 846

30 895

164 502

331 502

338 490

390 460

353 468

Superficie forestière productive

712 001

712 001

712 001

712 001

712 001

712 001

712 001

Pour ceux qui désirent visionner la carte des défoliations observées, la SOPFIM diffuse l’information sur son site web à l’adresse suivante : https://sopfimweb.sopfim.qc.ca/portail/apps/webappviewer/index.html?id=12066164d7ea4268a0b1f47fd36ce25a

Suivi des dommages causés par la TBE

Les superficies affectées par la TBE ont fait l’objet d’une analyse cartographique afin de dresser un portrait cumulatif des défoliations observées. On constate qu’environ 60% des superficies forestières (429 811 ha) a déjà fait l’objet d’au moins une défoliation ce qui est pratiquement identique à l’an dernier (429 114 ha). C’est donc dire qu’il n’y a pas vraiment de nouvelles surfaces affectées.

p4 photo tordeuse

Les secteurs où les dommages cumulés étaient les plus grands l’an dernier ont généralement continué d’être affectés sévèrement. L’accumulation des dommages fait en sorte qu’une surface 3 fois plus élevée (21 932 ha) que l’an dernier (7 499 ha) est susceptible de présenter soit un début de mortalité ou une majorité d’arbre en situation de mortalité imminente (défoliation sévère sur 4 ans ou plus).

Les surfaces avec défoliations sévères sur 3 ans ou plus (47 974 ha) continuent aussi leur progression. Ces surfaces sont aussi très sévèrement affectées et l’on risque fort d’y voir apparaitre une mortalité d’ici quelques années. Bien que la superficie nette affectée en 2018 soit légèrement inférieure à celle de 2017, l’accumulation des dommages, quant à elle, progresse rapidement et commence à entrainer de la mortalité dans les secteurs les plus affectés de façon récurrente.

Défoliations considérées

2016

2017

2018

Défoliation sévère sur 5 ans ou plus

0

84

6 028

Défoliation sévère sur 4 ans ou plus

84

7 499

21 932

Défoliation sévère sur 3 ans ou plus

9 409

30 848

47 974

Défoliation sévère sur 2 ans ou plus

41 141

60 790

77 744

Défoliation modérée ou sévère sur au moins 2 ans

164 096

206 866

245 793

Au moins une défoliation depuis 2012 peu importe la classe

377 355

429 114

429 811

Superficie forestière totale

712 001

712 001

712 001

D’autre part, il est important de préciser que le niveau de détail disponible par relevé aérien demeure relativement grossier. Le relevé indique la présence et la sévérité de dommages causés par la TBE, mais sans égard à la proportion ni à l’âge des résineux dans le couvert forestier. Ainsi, l’ensemble des peuplements d’un secteur avec présence de TBE sont répertoriés au relevé aérien, qu’ils soient résineux, mixtes ou feuillus.

Afin de préciser la nature des surfaces détectées au relevé aérien et de mieux cibler les efforts de récolte ou de protection, nous avons analysé les surfaces affectées par la TBE en lien avec l’information des peuplements forestiers. La synthèse regroupe trois catégories de peuplement :

  • Résineux ou mixtes matures (50 ans et +) : Peuplements prêts pour la récolte avec un volume de résineux significatif.
  • Résineux et mixtes à résineux jeunes ou en régénération (10-30 ans) : Peuplements non matures constituant le potentiel futur de récolte en résineux.
  • Peuplements peu affectés (feuillus tout âges, mixtes à feuillus, cédrière) : Peuplements dont la composante résineuse de sapin ou épinette est considérée mineure.

Portrait cumulatif des défoliations observées selon le type de peuplement

Défoliations considérées

Superficie (ha)

Proportion par type de peuplement (%)

Résineux ou mixtes matures (50 ans +)

Résineux et mixtes à résineux jeunes ou en régénération (10-30 ans)

Peuplements peu affectés (feuillus tout âges, mixtes à feuillus, cédrière)

Défoliation sévère sur 5 ans ou plus

6 028

51 %

23%

26%

Défoliation sévère sur 4 ans ou plus

21 932

46 %

27 %

26 %

Défoliation sévère sur 3 ans ou plus

47 974

43 %

29 %

28 %

Défoliation sévère sur 2 ans ou plus

77 744

42 %

29 %

29 %

Au moins une défoliation depuis 2012

429 811

36 %

29 %

35 %

Sans défoliation

282 140

23 %

25 %

53 %

Superficie forestière totale

712 001

31 %

27 %

42 %

Résineux ou mixtes matures (50 ans et +)

L’analyse indique, pour les surfaces aux prises avec la TBE depuis plus de deux ans, qu’une proportion élevée (42%) est mature. Certains de ces peuplements sont déjà récoltés ou ciblés pour la récolte préventive. D’ailleurs, qu’ils soient actuellement affectés ou non par la TBE, ces peuplements devraient être davantage récoltés.

Résineux et mixtes à résineux jeunes ou en régénération (10-30 ans)

Les peuplements résineux ou à dominance résineuse plus jeunes (d’origine de plantation ou naturelle) représentent 27 % de la forêt privée. Une partie de ces peuplements fait déjà, ou pourrait éventuellement faire, l’objet de protection par arrosage aérien. L’option de récolter un peuplement non mature ne doit survenir qu’en cas de mortalité imminente d’une bonne proportion des arbres. À cet effet, les Conseillers forestiers accrédités par l’Agence ont été informés, à l’automne 2017, des conditions justifiant la récolte d’un peuplement non mature. Cette orientation a pour but d’éviter les pertes de bois et aussi d’éviter de sacrifier le potentiel de récolte futur de la forêt privée. Elle s’appuie sur les risques de mortalité d’un peuplement à court et moyen terme en lien avec le niveau de dommages observés et la vigueur des arbres.

Afin de mieux connaître les effets de l’épidémie dans ce groupe de peuplement, l’Agence y a établi un dispositif de suivi de la défoliation. Les renseignements y sont recueillis annuellement depuis 2016. Cela permet de mieux étayer la prise décision concernant ces peuplements (arrosage, éclaircie commerciale, récupération partielle, récupération totale, impact sur la croissance). Pour le moment, les résultats du suivi de 2018 ne sont pas encore connus. Les principaux éléments saillants du suivi de 2017 étaient les suivants :

  • La TBE est présente dans environ 76% des sites visités;
  • Les dommages occasionnés par la TBE dans les plantations sont en général moindres que dans les peuplements naturels;
  • L’accumulation de dommages constaté est en général faible, toutefois certains secteurs ayant fait l’objet de défoliations sévères répétées sont très défoliés et parfois en situation de mortalité imminente;
  • En moyenne les dommages sont nettement plus élevés sur le sapin que sur les épinettes;
  • L’épinette noire est moins affectée que l’épinette blanche ou de Norvège, lesquelles sont affectées de façon similaires;
  • L’accumulation de dommages progresse plus rapidement dans les peuplements naturels où le sapin domine comparativement aux plantations où cette accumulation est plus lente.

Compte tenu que l’accumulation des dommages a progressé passablement en 2018 et que certaines superficies ont fait l’objet de protection par arrosage, les constats issus du dispositif de suivi de la défoliation seront en évolution. Nous vous informerons de ces constats lorsqu’ils seront disponibles.

Peuplements peu affectés (feuillus tout âges, mixtes à feuillus, cédrière)

Le reste des surfaces, est composé de peuplements où la proportion de sapin-épinette est normalement très faible, donc moins vulnérables à la TBE. Il n’en demeure pas moins qu’une mortalité pourrait survenir pour les sapins et épinettes retrouvés dans ces peuplements. Ces peuplements sont moins présents dans les secteurs très affectés de l’est du territoire (+-28%), tandis qu’ils sont nettement plus présents (53%) dans l’ouest du territoire où la TBE est absente ou peu présente pour le moment.

En terminant, concernant la récolte de vos peuplements affectés ou non par la TBE, nous vous suggérons fortement de vous référer à votre Conseiller forestier avant d’entreprendre des travaux de récolte sur votre propriété. D’après l’état de vos peuplements, votre Conseiller dispose d’un ensemble d’informations pour vous renseigner sur les choix à faire concernant les priorités de récolte sur votre propriété, ainsi que sur les diverses contraintes en lien avec les règlementations municipales.

Mise à jour du plan d’intervention

En 2016, l’Agence a préparé un plan d’intervention TBE lequel détaille les considérations forestières liées au contexte de l’épidémie. Notamment, il identifie une fenêtre de temps disponible pour réaliser une récolte préventive ou de prérécupération en regard du déploiement possible de l’épidémie. Le but étant d’estimer le rythme de récolte à faire avant qu’une mortalité significative ne s’installe. Aussi, le plan s’attarde aux volumes de bois concernés par les surfaces à récolter, de même qu’à l’ampleur de chaque type de traitement à effectuer en lien avec les besoins financiers pour les réaliser. Le plan est disponible sur le site web de l’Agence à l’adresse suivante :

http://www.agence-bsl.qc.ca/PPMV/Plan_intervention_TBE/Plan_intervention_TBE.htm

Compte tenu du déploiement de l’épidémie (ne progresse pas vers l’ouest mais accumulation de dommage et apparition de mortalité dans l’est), des nouvelles données de défoliations disponibles (2016-2017-2018) et des surfaces qui ont été récoltées, le plan d’intervention TBE 2016-2026 fait en ce moment l’objet d’une mise à jour afin de refléter le nouvel état de situation.

Par Martin Lepage, ing.f. Directeur des services forestiers à l’Agence régionale de mise en valeur des forêts privées du Bas-Saint-Laurent.

 

2017 - L’ÉPIDÉMIE DE TORDEUSE DES BOURGEONS DE L’ÉPINETTE

La Direction de la protection des forêts du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) effectue annuellement un relevé aérien des dommages causés par la tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE). Le relevé permet notamment d’évaluer l’étendue et l’intensité des dommages depuis le début de l’épidémie dans la région en 2012. Le relevé permet aussi d’ajuster les stratégies d’aménagement et d’orienter les priorités de récolte des peuplements affectés.

Progression des défoliations

Encore cette année, les dommages causés par la TBE progressent dans la région. Globalement, les superficies affectées ont augmenté de près de 15 %, et ce, tant en forêt privée que publique. En 2017, on observe que l’épidémie a continué de se propager principalement en direction sud-est soit vers la portion publique du territoire, ainsi qu’en Gaspésie. Cela fait en sorte que l’ensemble de la partie est de la région administrative du Bas-Saint-Laurent est maintenant touchée par l’épidémie. Les surfaces touchées en 2017 en petite forêt privée s’élèvent à environ 385 000 hectares par rapport à 338 000 hectares en 2016.

IMG 0803

En petite forêt privée, les défoliations sévères sont situées dans les mêmes secteurs que l’an dernier, mais de façon plus étendue, essentiellement à l’est de Matane et dans la vallée de la Matapédia. Le reste du territoire est plutôt affecté par des défoliations, légères à modérées. Les dommages n’ont pratiquement pas progressé vers le Témiscouata, mais ils se sont étendus davantage dans les MRC de Rivière-du-Loup et de Kamouraska.

Progression des superficies (ha) affectées en petite forêt privée

Classe de défoliation

2012

2013

2014

2015

2016

2017

Légère

3 552 (92%)

23 194 (75%)

55 155 (34%)

83 770 (25%)

200 291 (59%)

173 282 (45%)

Modérée

288 (8%

7 298 (24%)

75 978 (46%)

173 951 (52%)

98 477 (29%)

142 519 (37%)

Grave

6 (0%)

403 (1%)

33 369 (20%)

73 782 (22%)

39 722 (12%)

69 737 (18%)

Total

3 846

30 895

164 502

331 502

338 490

385 538

Superficie forestière productive

712 001

712 001

712 001

712 001

712 001

712 001

 

Pour ceux qui désirent visionner la carte des défoliations observées, la SOPFIM diffuse l’information sur son site web à l’adresse suivante :

https://sopfimweb.sopfim.qc.ca/flexviewers/EpidemiesEnCoursReg01/

Suivi des dommages causés par la TBE

Les superficies affectées par la TBE ont fait l’objet d’une analyse cartographique afin de dresser un portrait cumulatif des défoliations observées. On constate qu’environ 60% des superficies forestières (422 863 ha) a déjà fait l’objet d’au moins une défoliation. Les secteurs où les dommages cumulés étaient les plus grands l’an dernier ont continué d’être affectés sévèrement. Ceci fait en sorte qu’une surface significative a été affectée de façon sévère sur au moins 4 années (7 499 ha). Une partie importante de ces secteurs est en situation de mortalité imminente dépendamment de l’âge et de la vigueur paraphe des arbres. Les surfaces avec défoliations sévères sur 3 ans ou plus (30 848 ha) ont grandement progressé. Ces surfaces sont aussi très sévèrement affectées et il y a un fort risque d’y voir apparaitre une mortalité d’ici quelques années. Bien que la progression globale des surfaces affectées en 2017 ne soit que de 15 %, l’accumulation des dommages, quant à elle, progresse rapidement et est très préoccupante.

D’autre part, il est important de préciser que le niveau de détail disponible par relevé aérien demeure relativement grossier. Le relevé indique la présence et la sévérité de dommages causés par la TBE, mais sans égard à la proportion ni à l’âge des résineux dans le couvert forestier. Ainsi, l’ensemble des peuplements d’un secteur avec présence de TBE est répertorié au relevé aérien, qu’ils soient résineux, mixtes ou feuillus.

Afin de préciser la nature des surfaces détectées au relevé aérien et de mieux cibler les efforts de récolte ou de protection, nous avons analysé les surfaces affectées par la TBE en lien avec l’information des peuplements forestiers. La synthèse regroupe trois catégories de peuplement :

  • Résineux ou mixtes matures (50 ans et +) : Peuplements prêts pour la récolte avec un volume de résineux significatif.
  • Résineux et mixtes à résineux jeunes ou en régénération (10-30 ans) : Peuplements non matures constituant le potentiel futur de récolte en résineux.
  • Peuplements peu affectés (feuillus tout âge, mixtes à feuillus, cédrière) : Peuplements dont la composante résineuse de sapin ou épinette est considérée mineure.

Portrait cumulatif des défoliations observées selon le type de peuplement

Défoliations considérées

Superficie (ha)

Proportion par type de peuplement (%)

Résineux ou mixtes matures (50 ans +)

Résineux et mixtes à résineux jeunes ou en régénération (10-30 ans)

Peuplements peu affectés (feuillus tout âge, mixtes à feuillus, cédrière)

Défoliation sévère sur 4 ans ou plus

7 499

47 %

26 %

27 %

Défoliation sévère sur 3 ans ou plus

30 757

43 %

30 %

27 %

Défoliation sévère sur 2 ans ou plus

60 287

41 %

30 %

28 %

Défoliation modérée ou sévère sur au moins 2 ans

204 847

40 %

30 %

30 %

Au moins une défoliation depuis 2012

422 863

36 %

29 %

35 %

Superficie forestière totale

712 001

31 %

27 %

42 %

Résineux ou mixtes matures (50 ans et +)


L’analyse indique, pour les surfaces aux prises avec la TBE depuis plus de deux ans, qu’une proportion élevée (41%) est mature. Ces types de peuplements sont déjà ciblés pour la récolte préventive. D’ailleurs, qu’ils soient actuellement affectés ou non par la TBE, ces peuplements devraient être davantage récoltés. À cet effet, le plan d’intervention TBE préparé par l’Agence en 2016 détaille les considérations liées à la récolte pour ce groupe de peuplement dans le contexte de l’épidémie. Notamment, il identifie une fenêtre de temps disponible pour réaliser une récolte préventive ou de prérécupération en regard du déploiement possible de l’épidémie. Le but étant d’estimer le rythme de récolte à faire avant qu’une mortalité significative ne s’installe. Aussi, le plan s’attarde aux volumes de bois concernés par les surfaces à récolter, de même qu’à l’ampleur de chaque type de traitement à effectuer en lien avec les besoins financiers pour les réaliser. Le plan est disponible sur le site web de l’Agence à l’adresse suivante :

http://www.agence-bsl.qc.ca/PPMV/Plan_intervention_TBE/Plan_intervention_TBE.htm

Résineux et mixtes à résineux jeunes ou en régénération (10-30 ans)

Les peuplements résineux, ou à dominance résineuse, plus jeunes (d’origine de plantation ou naturelle) représentent environ 30 % de la forêt privée, une partie de ces peuplements pourrait éventuellement faire l’objet de protection par arrosage aérien. L’option de récolter un peuplement non mature ne doit survenir qu’en cas de mortalité imminente d’une bonne proportion des arbres. À cet effet, les Conseillers forestiers accrédités par l’Agence ont été informés, cet automne, des conditions justifiant la récolte d’un peuplement non mature. Cette orientation a pour but d’éviter les pertes de bois et aussi d’éviter de sacrifier le potentiel de récolte futur de la forêt privée. Elle s’appuie sur les risques de mortalité d’un peuplement à court et moyen terme en lien avec le niveau de dommages observés et la vigueur des arbres.

Afin de mieux connaître les effets de l’épidémie dans ce groupe de peuplement, l’Agence y a établi un dispositif de suivi de la défoliation. Les renseignements recueillis annuellement permettront de mieux étayer la prise décision concernant ces peuplements (arrosage, éclaircie commerciale, récupération partielle, récupération totale, impact sur la croissance). Deux prises de données ont été effectuées après les périodes de défoliation, soit à l’automne 2016 et à l’automne 2017. Pour le moment, les résultats montrent les principaux éléments suivants :

  • La TBE est présente dans environ 70% des sites visités;
  • Les dommages occasionnés par la TBE dans les plantations sont en général moindres que dans les peuplements naturels;
  • L’accumulation de dommages est en général faible, toutefois certains secteurs ayant fait l’objet de défoliations sévères répétées sont très défoliés et parfois en situation de mortalité imminente;
  • En moyenne les dommages sont nettement plus élevés sur le sapin que sur les épinettes;
  • L’épinette noire est moins affectée que l’épinette blanche ou de Norvège, lesquelles sont affectées de façon similaire;
  • L’accumulation de dommages progresse plus rapidement dans les peuplements naturels où le sapin domine comparativement aux plantations où cette accumulation est plus lente.

L’ensemble de ces informations nous indique, pour le moment, que l’éclaircie commerciale en plantation peut généralement continuer d’être pratiquée, que l’arrêt des travaux sylvicoles d’éclaircie dans les sapinières est justifié, que l’on aurait possiblement avantage à cibler les efforts de protection dans les peuplements jeunes de sapin ayant bénéficié d’éclaircie pré-commerciale et, finalement, que dans certains cas, de jeunes peuplements sont en situation de mortalité imminente et devraient être récoltés dans la mesure où le volume présent le justifie.

Peuplements peu affectés (feuillus tout âge, mixtes à feuillus, cédrière)

Le reste des surfaces, soit environ 28 %, est composé de peuplements où la proportion de sapin-épinette est normalement très faible, donc moins vulnérable à la TBE. Il n’en demeure pas moins qu’une mortalité pourrait survenir pour les sapins et épinettes retrouvés dans ces peuplements.

En terminant, concernant la récolte de vos peuplements affectés ou non par la TBE, nous vous suggérons fortement de vous référer à votre Conseiller forestier avant d’entreprendre des travaux de récolte sur votre propriété. D’après l’état de vos peuplements, votre Conseiller dispose d’un ensemble d’informations pour vous renseigner sur les choix à faire concernant les priorités de récolte sur votre propriété, ainsi que sur les diverses contraintes en lien avec les règlementations municipales.

Programme d’arrosage SOPFIM

La SOPFIM prépare actuellement son plan d’intervention 2018 pour la petite forêt privée.  Pour ce faire, des analyses sont menées afin de déterminer les secteurs à arroser lesquels, seront constitués de peuplements aménagés de 21 à 60 ans, vulnérables aux dommages de la TBE.  Prenez note que les superficies les plus susceptibles à subir de la mortalité seront priorisées dans la première année du programme de protection. Il reste des étapes à franchir avant d’effectuer les arrosages, notamment la signature des ententes avec les producteurs forestiers concernés, ce qui est prévu vers le début du mois de février 2018.

2AvionsBase op

La période de réalisation des arrosages se déroule habituellement de la fin mai à la fin juin. La période d’application est passablement influencée par les conditions climatiques. Vous pouvez donc vous attendre à voir des avions et des hélicoptères survoler le territoire de la forêt privée très tôt le matin et en soirée pendant cette période.

Un plan de communication sera publié cet hiver aux partenaires de la forêt privée. Sachez que les Syndicats des producteurs forestiers, les Agences de mise en valeur, les Conseillers forestiers accrédités et le MFFP sont tous partenaires dans ce projet. Dans le même ordre d’idée, la SOPFIM se prépare à organiser des séances d’informations en région à l’hiver et au printemps 2018. Soyez attentifs et réceptifs par rapport aux suites à venir concernant le programme d’arrosage.

Par Martin Lepage, ing.f. Directeur des services forestiers à l’Agence régionale de mise en valeur des forêts privées du Bas-Saint-Laurent.

 

2016 - L’ÉPIDÉMIE DE TORDEUSE DES BOURGEONS DE L’ÉPINETTE

La Direction de la protection des forêts du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) effectue annuellement un relevé aérien des dommages causés par la tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE). Le relevé permet notamment d’évaluer l’étendue et l’intensité des dommages depuis le début de l’épidémie dans la région en 2012. Le relevé permet aussi d’ajuster les stratégies d’aménagement et d’orienter les priorités de récolte des peuplements affectés.

Progression des défoliations

Comme anticipé, l’épidémie a continué sa progression dans la région. Globalement, les superficies affectées ont augmenté de 22 % et ce, particulièrement en forêt publique. En 2016, on observe que l’épidémie s’est propagée principalement en direction sud-est soit vers la portion publique du territoire, ainsi qu’en Gaspésie. Cela fait en sorte qu’en petite forêt privée, les superficies affectées sont demeurées sensiblement les mêmes que l’an dernier. Les surfaces touchées en 2016 en petite forêt privée s’élèvent à environ 338 000 hectares par rapport à 331 000 hectares en 2015. De plus, 59 % de la superficie répertoriée au relevé aérien est qualifiée de défoliation légère. Cela permet aux arbres de ces secteurs de reconstituer une partie de leur feuillage et ainsi diminuer le risque de mortalité. Comparativement à l’an dernier, les surfaces en défoliation modérée ou sévère ont pratiquement diminué de moitié. Ces surfaces ont plutôt eu des défoliations légères cette année.

Progression des superficies (ha) affectées en petite forêt privée

Classe de défoliation 2012 2013 2014 2015 2016
Légère 3 552 (92%) 23 194 (75%) 55 155 (34%) 83 770 (25%) 200 291 (59%)
Modérée 288 (8% 7 298 (24%) 75 978 (46%) 173 951 (52%) 98 477 (29%)
Grave 6 (0%) 403 (1%) 33 369 (20%) 73 782 (22%) 39 722 (12%)
Total 3 846 30 895 164 502 331 502 338 490
Superficie forestière productive 712 001 712 001 712 001 712 001 712 001

Suivi des dommages causés par la TBE

L’agence effectue annuellement une analyse cartographique des superficies affectées par la TBE afin de dresser un portrait cumulatif des défoliations observées. On constate qu’environ la moitié des superficies forestières du territoire privé (377 355 ha) a déjà fait l’objet d’au moins une défoliation. En considérant une accumulation progressive des dommages, on cible de façon plus pointue les secteurs plus affectés. Par exemple, on retrouve 164 096 hectares en considérant simultanément les défoliations modérées ou sévères répétées sur au moins 2 ans. Les secteurs où l’on note des défoliations sévères sur 2 ans ou plus (41 141 ha) présentent les dégâts les plus significatifs. La mortalité risque davantage d’y apparaître si l’épidémie continue de sévir dans ces secteurs. Même si en général l’épidémie en 2016 a été moins sévère en forêt privée par rapport à 2015, d’importantes superficies ont continué d’accumuler des dommages de sorte que la situation de ces peuplements devient de plus en plus préoccupante.

Compte tenu du niveau de détail disponible au relevé aérien, les résultats de l’analyse précédente ne s’attardent pas à la proportion de résineux dans un peuplement ni à la maturité de ce dernier. Ces informations sont importantes pour cibler les efforts de récolte ou de protection. Nous avons donc analysé les surfaces affectées par la TBE avec l’information des peuplements forestiers pour préciser la nature des surfaces impliquées.

Cette analyse indique que les superficies de peuplements matures ayant un volume significatif de résineux représentent en moyenne 35 % de la surface répertoriée au relevé aérien. Ces peuplements sont particulièrement ciblés pour la récolte préventive. Les peuplements résineux ou à dominance résineuse plus jeunes représentent environ 30 % de la surface, une partie de ces peuplements pourrait éventuellement être ciblée pour la protection. Le reste des surfaces, environ 35 %, est composé de peuplements où la proportion de sapin-épinette est très faible, donc peu vulnérables à la TBE.

Portrait cumulatif des défoliations observées selon le type de peuplement

Défoliations considérées Superficie (ha) Proportion par type de peuplement (%)
Résineux ou mixtes matures (50 ans +) Résineux et mixtes à résineux jeunes ou en régénération (10-30 ans) Peuplements peu affectés (feuillus tout âges, mixtes à feuillus, cédrière)
Défoliation sévère sur 4 ans 84 68 % 25 % 8 %
Défoliation sévère sur 3 ans 9 409 42 % 25 % 34 %
Défoliation sévère sur 2 ans 41 141 36 % 31 % 35 %
Défoliation modérée ou sévère sur 2 ans 164 096 34 % 31 % 35 %
Au moins une défoliation depuis 2012 377 355 30 % 28 % 42 %
Sup. forestière totale 712 000 25 % 25 % 50 %

Plan d’intervention TBE 2016-2026

Considérant l’évolution de l’épidémie, l’ampleur des superficies affectées et les volumes de bois qui y sont associés, l’Agence finalise l’élaboration d’un plan d’intervention visant à minimiser les pertes potentielles de bois occasionnées par la TBE. Le plan est basé sur la récolte préventive et de pré-récupération des peuplements vulnérables avant qu’une mortalité significative ne s’installe. Ce plan a fait l’objet de consultations auprès de divers intervenants forestiers.

Récolte hâtive de jeunes peuplements

Nous avons récemment été témoins de situations où de jeunes peuplements en pleine croissance ont été récoltés prématurément, et ce, sans raison valable sur le plan sylvicole. De telles pratiques sont susceptibles d’aller à l’encontre de la politique d’admissibilité à l’aide financière de l’Agence puisqu’il y a perte de potentiel forestier et risque d’y avoir destruction de travaux sylvicoles subventionnés.

Nous tenons à rappeler aux producteurs forestiers, qu’en lien avec l’objectif de minimiser les pertes de bois potentiellement engendrées par l’épidémie de TBE, que c’est la récolte des peuplements matures qui doit être accentuée. Les jeunes peuplements, surtout les plantations, ont généralement de bonnes chances de passer au travers de l’épidémie de TBE. L’option de récolter un jeune peuplement résineux ne doit survenir qu’en cas de mortalité imminente de la majeure partie des arbres. Jusqu’à maintenant, il n’y a pas de cas où de jeunes peuplements résineux ont été répertoriés en situation de mortalité imminente.

À cet égard, référez-vous à votre conseiller forestier avant d’entreprendre des travaux de récolte sur votre propriété. Ce dernier dispose d’un ensemble d’informations pour vous renseigner sur les choix à faire concernant les priorités de récolte sur votre propriété.

Source : Agence régionale de mise en valeur des forêts privées du Bas-Saint-Laurent

Épidémie de la tordeuse des
bourgeons de l'épinette

Une épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette est actuellement en cours dans la région du Bas-Saint-Laurent. Le Syndicat suit l’évolution des populations de la tordeuse de près au sein de la forêt privée.