Nouvelles et communiqués

DÉSINFORMATION DE GREENPEACE: TROP C'EST TROP

Le gouvernement du Québec est intervenu cette semaine en dénonçant les actions de Greenpeace dans le dossier de Best Buy. En tant que responsable et gestionnaire de la forêt, le ministre Laurent Lessard s’est dit interpellé par les déclarations de l’organisation environnementale : « On veut les rencontrer [Best Buy] pour leur parler du régime québécois qui est le plus sévère non pas [seulement] au Canada, mais dans le monde », a martelé le ministre. Le ministre a affirmé que son ministère est très actif sur le marché international, pour défendre le régime forestier québécois que respecte Résolu. Le Conseil de l’industrie forestière du Québec supporte cette initiative du ministre.

En tant que leader mondial en matière de certification des pratiques forestières, le Québec peut se montrer très fier des résultats obtenus par son industrie forestière. Plus de 80 % des forêts publiques sous aménagement au Québec font l’objet d’une certification environnementale selon l’une des normes reconnues internationalement. Plusieurs entreprises forestières comme Tembec, Domtar, Norbord, Louisiana Pacific, Arbec, Kruger, Résolu, etc. sont certifiées à 100 %, et ce, depuis de nombreuses années. Qui plus est, plus de 50 % de la forêt boréale est exempte de coupe forestière.

Déjà des processus

Nos industriels se sont impliqués dans les processus de certification qui auront permis des avancements notables des pratiques en vigueur au Québec. Les solutions apportées dans le blogue de M. Mainville afin que Produits forestiers Résolu retrouve la certification FSC sur deux de ses territoires d’approvisionnement ignorent complètement des dimensions pourtant reconnues mondialement. En fait si Résolu appliquait la recette proposée par Greenpeace, il ne lui resterait plus, à toutes fins utiles, qu’à fermer plusieurs de ses installations, et ce, au détriment des travailleurs et des communautés.

La campagne de désinformation menée présentement par Greenpeace, même si elle est dirigée contre Produits forestiers Résolu, attaque l’ensemble de l’industrie forestière du Québec en dévalorisant les efforts consacrés tant par le gouvernement, pour la mise en place du nouveau régime forestier, que par des entreprises forestières à se conformer aux standards d’aménagement forestier durable les plus avancés dans le monde. En fait, les causes de la suspension des certificats FSC de Résolu n’ont rien à voir avec leurs pratiques forestières sur le terrain. Elles relèvent, pour l’essentiel, de responsabilités gouvernementales.

Pourquoi Greenpeace ne mentionne-t-elle pas que le Québec est un « leader » mondial de la certification forestière ? Pourquoi Greenpeace dénigre-t-elle les normes de certification autres que le FSC ? Pourquoi Greenpeace ne souligne-t-elle pas que la foresterie au Québec privilégie l’aménagement des forêts naturelles plutôt que la création de forêts artificielles ? Pourquoi Greenpeace n’utilise-t-elle pas l’exemple du Québec pour améliorer la gestion du patrimoine forestier mondial, qu’il s’agisse de forêts boréales, tropicales ou équatoriales ?

Les clients qui plient aux menaces de Greenpeace devront s’approvisionner à partir d’autres fournisseurs, dans d’autres pays, provinces ou États. Dans le meilleur des cas, ils ne pourront que rencontrer les mêmes standards. L’acharnement de Greenpeace contre la meilleure gestion forestière au monde nous laisse perplexes quant aux objectifs réels qu’il poursuit.

Épidémie de la tordeuse des
bourgeons de l'épinette

Une épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette est actuellement en cours dans la région du Bas-Saint-Laurent. Le Syndicat suit l’évolution des populations de la tordeuse de près au sein de la forêt privée.